Introduction

Feng Shui signifie littéralement « le Vent et l’Eau » en chinois.
L’Homme a commencé par observer les animaux. Il s’est aperçu que la migration des animaux, le passage des bêtes sauvages, les couloirs de navigations des baleines ou dauphins correspondaient à des tracés bien précis. L’origine du Feng Shui se perd dans la nuit des temps et se trouve lié intimement à la médecine chinoise. Cette science du Vent et de l’Eau ne s’apparente-t-elle pas à celle qu’utilisait les anciens avec leurs baguettes de coudrier, les compagnons avec leurs bâtons, les maîtres d’œuvres avec leurs équerres, compas et cordes à nœuds ? Le Feng Shui ou art chinois pour trouver le bon endroit pour construire est donc lié aux deux forces fondamentales et indispensables pour l’être humain que sont l’air et l’eau ainsi que le Ciel et la Terre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Feng Shui, Vastu Shastra, Géobiologie, nous devrions plutôt parler d’une tradition universelle, dont les origines, que ce soit en Inde, Egypte, Tibet ou Chine, remontent à une source commune encore plus ancienne. Chaque peuple, chaque race a appliqué cette tradition à son lieu de vie, selon sa compréhension et sa connaissance de la matière et de l’esprit.
Le Vastu Shastra recommande l’utilisation de deux portes dans l’habitat et précise que l’énergie suit un cheminement du Nord Est au Sud Ouest ; le chemin de l’initié dans une Église ne correspond-il pas à cette tradition, puis qu’il entre par la porte Nord et ressort par la porte Sud. Autrefois le prêtre officiait le corps tourné vers le soleil levant et ne se retournait vers le couchant qu’à la fin de l’office. Aujourd’hui les fidèles entrent et sortent par la porte Ouest autrefois réservée au passage du cercueil.
Toutes les traditions se rejoignent et ce n’est pas par hasard que les compagnons ont inscrit le symbole du Tai Ji sur la Cathédrale de Reims. Et de la même manière, les moines de l’abbaye de Saint-Basles à Verzy ont placé cinq croix aux points cardinaux du village, en respectant les cinq couleurs de la médecine chinoise.

cath

On retrouve dans toutes les traditions des grands tracés liés au serpent, nommé Coalt chez les Incas, la Wuivre chez les celtes (cf. Vincenot), le Dragon vert chez les Chinois. Le symbolisme de la vierge Marie, le pied sur le serpent ou le dragon, est lié au symbole celte de la Mater qui maîtrise les énergies de la terre.
Dans la crypte de la Cathédrale de Chartres, on trouve une vierge noire, Notre Dame de Sous Terre, christianisation de la Mère Celtique, vénérée des anciens. A proximité se trouve le puits des Saints-Forts, quatorze cours d’eau souterrains se croisent dans le chœur de la cathédrale, mis en évidence dans le pavage par quatorze incrustations de marbre noir. Il en est de même pour les représentations de Saint-Michel, maîtrisant le dragon, symbolisant cette compréhension et utilisation des courants telluriques.
Il existe une statue tout à fait remarquable au dessus de la porte d’entrée de la chapelle St-Lye à Villedommange, il s’agit de La Virgo Paritura, vierge qui va enfanter.

VILLEDOMMANGE

Elle est représentée avec les mains posées sur son ventre rond, les pieds au dessus du soleil et de la lune.

Paris

La fondation de Rome ou de Paris répondent à d’anciennes traditions : l’origine du nom « Paris » tient au fait que, dans l’île de la Cité, se trouve une crypte dédiée à la déesse Isis (Par Isis).
Le Belvédère du Labyrinthe du Jardin des Plantes, à Paris, est quant à lui un exemple parfait des correspondances célestes et terrestres : « le dallage de l’esplanade réalisé par l’architecte Verniquet en 1786, permet par le raisonnement géométrique de cette triple enceinte, le codage suivant : cinq cercles concentriques traversés en leurs secteurs circulaires par des lignes brisées permettant, d’accomplir selon les quatre saisons, le cheminement au sol, le voyage de la projection de la Grande et Petite Ourse. »

Pyramides et temples

louvre

La pyramide du Louvre a été construite par l’architecte Pei, spécialiste du Feng Shui, qui avait auparavant construit la China Bank à Hong Kong, utilisant des formes appelées flèches secrètes, dont le but était de dominer la banque de Shanghai.
tour

Ce qui a amené un spécialiste de Feng Shui à poser deux canons sur le toit de ladite banque ! On trouve d’ailleurs en Chine de nombreuses pyramides ressemblant plutôt à celles du Mexique. Elles sont situées principalement dans la province de Shen Hsi et dans la région de Xian, les spécialistes les dateraient d’environ 3000 av. J-C.
Dans les temples égyptiens, le soleil venait frapper la statue de Ptah dans le Naos au solstice d’été. Lors des déplacements des grands temples comme Abou Simbel, ou Philae qui a été déplacé avec ses pierres sacrées, les égyptologues ont essayé de conserver ce principe.
A Denderah, on trouve d’ailleurs le plus ancien Zodiaque du monde (l’original se trouve au Louvre) qui a servi de modèle au tympan astrologique de Vézelay. On est frappé de retrouver les douze cryptes souterraines, en lien avec les douze signes du zodiaque, réparties également sur les quatre côtés du temple, dont les murs coïncident exactement avec quatre cours d’eau souterrains.

pyramides

Si l’on remonte encore plus loin dans l’histoire, on découvre que certains monuments mégalithiques, comme Carnac, Erdeven ou Stonehenge répondaient à des données astronomiques précises.

dolmens

De tout temps, l’homme a essayé de vivre en harmonie avec la nature, quelques soient les civilisations, on retrouve ce désir d’habiter, de construire son habitat ou ses lieux de cultes, ainsi que de laisser dans les pierres les traces de son savoir. Que les temples soient dédiés à Ptah, Zeus, Jupiter, Allah ou Jéhovah, ils respectent tous les mêmes règles d’orientation et de position, liées à un culte solaire qui se perd dans la nuit des temps. Le Chrisme, signe des petits chrétiens, reprend exactement la croix solsticiale, indiquant les huit Orients comme le Bagua des Chinois.
VILLEDOMMANGE (VILLA DOMINICA) dans la Marne, habite un lieu des plus énergétique de la région ; sur un tertre celtique furent construits une abbaye, puis une chapelle sur le fronton de laquelle on peut voir une curieuse Vierge avec les mains posées sur son ventre rond et les pieds posés sur le soleil et la lune, il s’agit de la Vierge de l’Apocalypse, celle qui amène un renouveau. Ce lieu, comme beaucoup d’autres, possède également une fontaine sacrée connue pour ses dons de guérison.

VILLEDOMMANGE

En Haute Savoie, près de Chamonix, se trouve un oratoire dédié à la Vierge construit sur un promontoire rocheux qui, pour les Chinois, représente tout à fait le dos du dragon. C’est une manière de prouver que le Feng Shui n’est pas un gris-gris oriental, comme cela est malheureusement décrit dans de nombreux ouvrages, mais la même et unique tradition des grands bâtisseurs.

rocher

Réseaux solaires

La terre subit des rayonnements cosmiques, elle absorbe les rayons lumineux et infrarouges, mais aussi un bombardement de micro-ondes dont l’origine est au delà de la Voie Lactée. La vibration de ces ondes électromagnétiques se mesure en GigaHertz (1 milliard de vibrations secondes). Si l’on mesure les énergies vibratoires en différents lieux et différentes profondeurs, on obtient des variations correspondant soit à des noeuds d’énergie amplifiée, soit à des rayons telluriques comparables aux méridiens d’acupuncture.
En 1936, Le Dr Peyre à Bagnoles de L’Orne, met en évidence des mailles orientées NS/EO, dont les dimension sont plutôt importantes (6X7m50 environ). En 1945, le Dr Hartmann découvre un maillage de 2mX2m50. Enfin en 1986 Walter Kunnen met en évidence des réseaux dits « sacrés » présents dans les Eglises où les réseaux H sont absents. En réalité, ils n’ont fait que reprendre des travaux et des découvertes plus anciennes ; tout cela était bien connu des Romains, des Grecs, des Celtes, et avant eux des Egyptiens et des Chinois.
Pourquoi ces différences ? Il faut noter que le Dr Peyre travaillait en pleine nature, loin de toute pollution, alors que le Dr Hartmann fit ses expériences dans son hôpital équipé d’une installation électrique toute nouvelle de 110V/50HZ. Le réseau H est directement lié au pollutions électromagnétiques et donc créé par les erreurs humaines.
Les Chinois parlaient bien avant eux des veines du dragon et des réseaux solaires, redécouverts par le Dr Peyre. Ils se trouvent naturellement dans la nature et constituent un quadrillage important. Les réseaux Hartmann, ou Curry ne sont que les sous-divisions, par effet de zoom, du réseau solaire et sont créés par l’homme et la science sans conscience. Ces réseaux vont donc interférer avec l’eau, les failles, la radioactivité et l’électromagnétisme, et agir sur le plan physique, énergétique et psychique : le réseau sera porteur d’informations, bonnes ou mauvaises.
Raymond de Montercy spécifie : « Les réseaux terrestres ne sont que les états particuliers de la matière qu’il faut concevoir dans une structure dynamique et en volume. Il existe une variété infinie de réseaux donnant accès à des informations différentes ; leurs dimensions varient en permanence en fonction de la latitude du lieu, de l’influence du soleil et de la lune. Comme tout système dynamique, ils peuvent se polluer, changer de forme et de caractère d’information, et devenir inducteurs de perturbations ». Le réseau dit solaire dépend directement des phénomènes cosmiques qui vont provoquer des réactions de surface ; c’est une émission qui vient d’en haut. Ce réseau va réagir à la course du soleil et de la lune ; il va être constamment en mouvement, d’autant plus que la plaque terrestre va bouger.
Dans les faux de Verzy, tant que l’homme ne décidera pas de le polluer avec le courant électrique, on peut particulièrement ressentir ce calme et cette paix revivifiante, liés à la pureté de son réseau solaire. D’autre part, le fait que ce réseau ait été sacralisé par la présence d’hommes éveillés depuis la nuit des temps, en fait un lieu propice à la Méditation, la Prière ou le Qi Gong. Il suffit de se mettre dans un état d’ouverture et de respect auprès de ces arbres, pour trouver ou retrouver l’énergie de la nature, LE VRAI TAO…

Passionné par la GÉOBIOLOGIE, que je découvre en 1993 lors d’un voyage en Egypte, je vais suivre pendant plus de 20 ans les enseignements de Daniel RAMELET et GUY THIEUX, principalement dans l’étude des tracés régulateurs et de la géométrie sacrée des édifices.

1995

Dès 1995 je vais organiser plusieurs stages de formation avec l’association C.E.T.T.E et des voyages, notamment en Egypte, à Grand, Vézelay ainsi que de nombreuses sorties dans les Faux de VERZY.

LES FAUX DE VERZY

Les Faux de Verzy sont habités depuis la plus haute antiquité, comme le prouvent la hache et les objets préhistoriques que nous y avons trouvé. Les moines de l’abbaye de St-Basles n’ont fait que protéger ces arbres qui y demeuraient déjà depuis longtemps. Le nom de cette abbaye, se référant au dieu celtique Baal, laisse à penser que les Celtes y pratiquaient déjà quelque rituel sacré.
Il faut ajouter à cela que les Rois de France venaient s’y recueillir la veille de leur sacre, fait qui a donné son nom au Sentier de la Forêt Royale où se déplacent les promeneurs des temps modernes. La légende y fait séjourner Jeanne d’Arc et d’autres personnages célèbres. N’y a-t-on pas vu il y a quelques années un président en exercice, faisant des infidélités au mont Beuvray ? Aujourd’hui encore trop de personnes pensent que les moines de l’abbaye Saint-Basles sont à l’origine de ces arbres : il n’en est rien.

Au Moyen-Âge, les villageois les appelaient les arbres de la colère divine, de la Foudre, référence à l’ancien culte de Baal. Ce dieu est à la base même de nombreuses croyances actuelles, c’est le Bélier, l’agneau rédempteur. Peu de personnes connaissent ce dieu phénix, qui renaît à chaque orage. Baal signifie « seigneur, maître » en sémite. Il fut vénéré tout au long de l’antiquité, traversant les âges, changeant de nom sans jamais perdre sa dimension de dieu colérique mais bénéfique, s’appelant tour à tour Bel-Marduk, Belos, Belenos ou Zeus-Belos chez les Grecs. Son culte perdura de -3000 ans jusqu’à la fin de l’époque romaine. Une des versions les plus connues de Baal est sans conteste son Culte à Carthage, où il pris le nom d’Hammon Baal et où toute l’ampleur de son culte fut révélée ; il pris fin avec le rasage de Carthage par Scipion. Le sol fut salé pour que rien ne repousse sur cette terre maudite. On retrouva des traces de Baal dans la Bible, apparaissant comme l’avatar même des faux dieux (par opposition au vrai dieu de la Bible).
Les faux de Verzy comme beaucoup de hauts lieux, sont très souvent touchés par la foudre (le Dieu Baal encore une fois).
J’ai habité de nombreuses années à Verzy et me suis souvent promené dans cette forêt avec mes chiens, qui appréciaient beaucoup l’endroit, surtout lorsque je pratiquais du Qi Gong ou du Tai Ji Quan. Trois lieux me semblent particulièrement intéressants :

Le faux Dragon : union parfaite entre un chêne et un faux, il symbolise parfaitement le Tai Ji, l’union du yin et du yang, le couple, l’amour. Ses formes sont particulièrement appréciées des enfants qui le considèrent comme un gentil animal.

FAUX

Les chênes Faux : ils sont au nombre de deux dans la foret:
L’un se situe dans la zone protégée et était autrefois un des points de passage obligés de la procession qui partait de l’Eglise du Village, il fut maintes fois frappé par la foudre.
L’autre près du Faux de Saint Baasles, a gardé toute sa majesté.

arbre

Le lac aux fées : situé dans la zone protégée, reflète à sa surface toute l’harmonie des cinq éléments présents dans ce lieu. Il est peuplé d’une colonie de petits poissons argentés que l’on trouve habituellement sous d’autres latitudes.

LACAUXFEES

le faux de Saint-Baasles, arbre maître de cette forêt, développe toute sa majesté et sa puissance. Sa branche poussant à l’horizontale et pesant plus d’une tonne est un défi à toutes les règles des maîtres d’œuvre, ainsi qu’à la loi de la gravitation de M. Newton ! De nombreuses formes et têtes animales et humaines sont d’ailleurs visibles lorsque l’on regarde de près cet arbre magnifique, qui ferait envie à tous les druides du monde entier.

9

Cet arbre est propice aux rencontres et autres connaissances, tel ces compagnons de Muizon, qui m’ont appris à trouver la profondeur de l’eau en ce lieu sacré.
Il y a quelques années, lorsqu’avec mon ami et professeur Daniel Ramelet, nous organisions des séminaires, c’était un des lieux de passage obligé. Un jour apprenant que le feu s’était déclaré dans ce lieu, nous nous sommes précipités tous deux pour apprécier les dégâts. Le feu avait détruit toute végétation autour du faux de Saint-Baasles, et s’était arrêté miraculeusement pour l’épargner dessinant un cercle calciné tout autour de lui. Un bel exemple de ce que l’on peut appeler le Qi de la nature…Encore un lien avec les cinq éléments de la médecine chinoise que l’on retrouve avec la disposition de cinq croix autour du village de Verzy.